Apprendre le droit pour le donner aux autres.

Publié le par Blandine

A connaître un peu mon passé, on aura du mal à m'accuser d'être trop complaisante avec les méchants monstres qui profitent de la fragilité des gens. Et pourtant, je me trouve souvent placée dans le rôle de l'avocat de la défense.

Un jour, une femme m'a reproché d'avoir pardonné à mes agresseurs, au lieu de les castrer purement et simplement. Face à cette réaction, j'ai longuement hésité à lui expliquer que castrer un homme non consentant n'est pas bien simple quand on a du mal à simplement bouger. Puis, j'ai choisi de me taire. Elle ne pouvait pas comprendre.

Je n'ai pas pardonné, en tout cas pas à tous et jamais complétement (Oui, je sais, j'ai la rancune tenace, et pour rien en plus). Mais par contre, il y a une chose que j'ai apprise : donner à un homme le statut de monstre, c'est oublier que chacun d'entre nous peut basculer du bien au mal s'il est correctement stimulé... Et vice-versa. On pourra me torturer, je crois quec'est le seul principe qui ne s'éteindra pas dans mon esprit... En tout cas je l'espère.

Mi septembre, j'ai appris que comme prévu, je devais redoubler ma première année de droit. Mes partiels avaient été entravés par des hospitalisations et des crises assez impressionnantes et il était évident que tout était donc à refaire. Tout l'été, je me suis posé la question : vais-je persévérer ? Parce que retourner à la fac et recroiser des professeurs, des étudiants ou quiconque qui avait eu l'occasion de m'admirer en pleine souffrance, voire pire, ça me tentait peu. Certains, à ces moments où j'étais paralysée dans le couloir, ou bien quand la douleur devenait trop forte, restaient là, comme des ronds de flan, au spectacle (promis, je ramène le pop corn cette année). J'ai reculé devant l'obstacle suprême : le risque de rencontrer chacun d'eux dans un amphi, dans une salle de cours...

Mais, il fallait que je me souvienne pourquoi je voulais devenir avocat. Pas que pour défendre des victimes, mais pour que ceux qui cèdent au pire des instincts puissent avoir une chance, une petite chance de changer de cap. ils accepteront de la saisir ou non, c'est leur choix et il est respectable, quel qu'il soit. Oui, oui : quel qu'il soit.

Alors, pour ça, un idéal qui ne sera jamais atteint, je retaperai cette année et je l'aurai avec mention. Je me découragerai, je grognerai, mais j'y arriverai.

On me dit dans l'oreillette que mon combat est perdu d'avance. Qui sait, si on ne tente rien, on n'a rien, non ?

Publié dans Réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Bonsoir Blandine, je suis arrivée sur ton blog via Eric, et j'aime beaucoup ton art de la formule, et tes titres...<br /> <br /> Bon courage à toi, je vais suivre, et je suis sûre qu'au bout de ce parcours de combattant, il y a une victoire. Peut-être celle qui était attendue, peut-être d'autres.
Répondre
B
<br /> Bienvenue M'dame ! Et merci! Et bisous, na<br /> <br /> <br />
K
waow ! T'es incroyable toi... tu sais ça ? ;-) love love love ^^
Répondre
B
<br /> Moi incroyable ? Nan. Dingue, obstinée, mais incroyable ? je laisse ça à Hulk. Même si j'aime bien le vert !<br /> <br /> <br />
T
Et moi je dirai à ton oreillette : <br /> "Qui tente tout, reçoit beaucoup enfin du moins quelque chose". Non d'un p'tit bonhomme ! <br /> Fonce ! Et regarde droit devant ! <br /> Plein de bonnes choses pour ton année de droit ! Et on te soutiendra comme on pourra. Mais sache qu'ici tu auras de nouveaux compagnons de voyage ! <br /> Bises,<br /> TiteZa
Répondre
B
<br /> <br /> Marci ma bonne dame. Ceci dit, foncer droit devant, ça me connaît... Même que j'ai du laisser bien des empreintes de tête sur les murs et les poteaux croisés.<br /> <br /> Pouyr le voyage, youpiii, ça me vchangera de mon vieux copain le RER<br /> <br /> <br /> <br />
M
Je te trouve très courageuse Blandine, et comme dit si bien Eric .... Respect total !<br /> Bises
Répondre
B
<br /> Oh non, Murielle, je ne suis PAS courageuse. ôtez-vous tous ça du crâne ! Je n'ai pas le choix. Ou plutôt si : je pourrais me laisser couler... Mais bon, ça ne marche pas comme ça, hein.<br /> L'inconvénient de se noyer, c'est que si on n'est pas à proximité de Malibu, il n'y a pas d'appolon en maillot de bain rouge pour venir te sauver.<br /> <br /> <br />
E
Ah mais non ma petite ! Tu vas me/nous faire le plaisir de t'accrocher. Si tu dois laisser tomber, que ce soit pour de bonnes raisons qui tiennent à toi et uniquement à toi, pas à cause du regard apitoyé et condescendant de tes contemporains. Que ce soit parce que que tu penses que d'aller vendre des fleurs t'épanouira bien plus que de faire valoir ta notion de la justice et du droit à réparation pour tout le monde. Je partage ton idée que tout le monde à le droit à une seconde chance. C'est pour ça que je suis raide des films d'Almodovar, c'est un thème récurrent qu'il décline à longueur de filmographie. A chacun de ne pas la gâcher. Si c'est vraiment ton rêve, alors tu te dois, par honnêteté envers toi même d'y croire et de le mener au bout. L'adversité tu connais, les épreuves tu connais, la souffrance tu connais, quoique tu fasses de ta vie, tu auras à affronter les autres et leur regard, alors que ce soit pour ce qui te tient à coeur autant que ta vie même.<br /> Ce combat-là, tu le gagneras, pas parce que les autres sont des nazes et que tu seras la moins mauvaise, mais parce que tu seras la meilleure. Un point c'est tout.<br /> Tu disposes de cet espace pour te défouler, pour t'apitoyer sur ton sort, pour exprimer tes doutes, tes peurs, tes douleurs. Cantonne-les toutes ici et enferme-les dans tes mots, comme Frida Kahlo peignait sa douleur sur ses toiles dans un processus thérapeutique hypnotique. Mais demain tu sortiras le front haut. Tu serreras les dents s'il le faut comme tu le fais chaque jour pour faire valoir ce qui te revient de droit : ton identité d'être humain. Ton handicap ne fait pas de toi quelqu'un de "moins", il fait de toi quelqu'un de différent.<br /> Croire à ton rêve est le plus beau cadeau que tu puisses te faire.<br /> Va jeter un oeil sur ce billet :<br /> http://www.samantdi.net/dotclear/index.php?2008/09/02/1164-perfection<br /> Et aussi sur celui ci :<br /> http://www.samantdi.net/dotclear/index.php?2008/09/28/1181-lizzie<br /> Que la nuit te soit douce.
Répondre
B
<br /> <br /> Chef, oui chef ! Mais je ne serai hélas pas la seule à convaincre... Je n'ai jamais vu d'oeuvres d'Almodovar, je vais réparer cette lacune dès que je pourrai.<br /> <br /> <br /> <br />