Le cours en bourse du drame.

Publié le par Blandine

Pouvez-vous me dire pourquoi les gens veulent à tout prix hierarchiser l'horreur ? Serait-ce un concours avec un gros lot à la clé ? Parce que dans ce cas, on ne m'a pas prévenue, c'est injuste !

une des choses les plus bêtes qu'on m'ait sorties : "Oui, mais le viol par un ami c'est moins pire que par un inconnu".Ou l'inverse d'ailleurs. Vous savez quoi ? Après avoir testé plusieurs cas de figure, juste pour vérifier, je n'ai pas remarqué de différence flagrante : Dans chaque cas, douleur, peur et colère. N'ayant jamais disposé d'instruments de mesure adéquats, javoue néanmoins humblement n'avoir pas pu quantifier chacune de ces émotions à la goutte près.

On m'a aussi dit "c'est moins pire que de perdre un être cher". Là encore, j'ai testé les deux (perdre un être cher est tout de même une étape assez logique dans toute une vie). Que dire ? Ce n'est pas comparable. Ne serait-ce que parce que dans un cads, on est attaqué, dans l'autre, une personne est touchée largement plus directement que soi. Donc, j'avoue ne pas saisir bien le rapport.

Dernière connerie qui me vient à l'esprit " Tu as été violée, c'est moins pire que d'être morte". Bon, là, dans le genre "raisonnons par l'absurde", j'adore. Je n'ai jamais été assassinée. Donc j'admets que je ne pars pas avec toutes les données du problème. Mais il me semble vaguement que dans le cas inverse, je ne me serais plus guère inquiétée de cette pyramide du moindre pire.

Oui, je sais, cette expression et les phrases que je vous ai citées sont grammaticalement incorrectes. c'est juste histoire de singer l'incommensurable niaiserie de ces réflexions tout droit sorties du Mac Do du coin. Il n'y a pas de "pire" que le pire. Chacun a ses facultés d'adaptation. Et j'ai un grand mal à percevoir l'intérêt même de cette façon de voir les choses. Quel l'attrait a-t-on à se poser en comptable de la douleur humaine ? Je n'ai à ce que je sache pas acheté d'actions sur cette ressource. Aussi j'estime, en digne propriétaire de mes émotions, avoir le droit de les gérer à ma guise, dans la limite du raisonnable.

J'ai une grande admiration pour des gens dont j'estime qu'ils ont usé d'une grande force mentale dans des situations diverses, que ce soit d'un petit "incident de parcours" ou d'une catastrophe. Là n'est pas l'important selon moi.

Publié dans Réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Tout valoriser et hiérarchiser pour tout marchander... Sordide comptabilité du malheur.
Répondre
B
<br /> Oui mais dans un sens, elle sert au niveau judiciaire : Par exemple, on estime "pire" d'être abusé par un ascendant ou une personne ayant autorité... En fait, j'ai remarqué une chose que je trouve<br /> surprenante : Quand on se sent victime, va savoir pourquoi, on a besoin de trationaliser en termes de "pire" et "moins pire". Pour se prouver qu'on a le droit de se plaindre ?<br /> <br /> <br />