Confrontation, le match du siècle ou mascarade ? op1

Publié le par Blandine

Dites-moi, y a-t-il plus désespérant que d'être fièvreuse et condamnée à regarder Dora l'exploratrice à 7 h du matin ? Je vous jure qu'il faut être un grumeau dépressif pour apprécier pleinement cette torture raffinée.

J'aurais voulu ce matin vous parler d'une étape difficilement contournable dans une instruction pour viol : la confrontation. Mais mes neurones étant en surchauffe, je me contenterai pour l'instant d'effleurer le sujet, histoire de vous mettre en appétit. Ce soir, vous aurez la suite, si vous êtes sage !

D'abord, une précision d'importance : je vous cause de mon expérience, by myself. Je serais bien en peine de généraliser sur la confrontation-type; j'avoue ne pas avoir la curiosité de remettre ça pour compléter mon reportage. Autrement dit, ne cherchez pas ici des infos neutres et objectives. Je suis trop égocentrée pour ça, na !

Tout a commencé par une étrange partie de cache-cache. Dans le long couloir qui dessert tous les bureaux des juges d'instruction, on m'installe à un bout, assez loin du gendarme de faction qui est censé nous séparer, moi et mes compagnons, de mon agresseur et des siens. Le but étant qu'on ne s'étripe pas sur place. La tenation est forte, tout de même. Ce n'est pas comme si j'étais stressée, paniquée à l'idée de revoir l'homme dont je tente d'effacer le visage de mon esprit... En fait si : Je n'ai qu'une envie, m'enfuir.

Ensuite, vient le moment de suspens : mon avocate préférée me fera-t-elle faux bond ? Elle est en retard et le juge s'impatiente. Il commence à parler de reporter la séance mais pas question : j'y suis, j'y reste. Miracle, la dame arrive, essoufflée. Elle s'était perdue. Pour me venger, je la laisse littéralement me porter jusqu'au bureau de monsieur le juge et je reste crispée sur sa jolie robe noire. 

 Tout le monde est là, on  peut débuter... Round 1 au prochain épisode.

(oui je sais, je suis sadique, mais mon estomac joue au grand huit et je suis douillette... promis, je vous raconte tout ce soir)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Je crois que j'aurais eu envie de pendre l'avocate avec les tripes de l'autre...
Répondre
B
<br /> Non, Eric, ça ce n'était rien...<br /> <br /> <br />