Juge d'instruction, ou

Publié le par Blandine

Voici donc, un peu en retard, notre second grand héros lors d'une procédure judiciaire lourde : Le juge d'instruction.

Etudions l'animal dans son habitat naturel :

(N'y voyez pas d'outrage à magistrat, mais j'adore cette bêbête!) 

Le juge d'instruction est un petit être fragile et mignon. Il vit en couple avec un autre animal bien souvent négligé du commun des mortels maiis ô combien important dans l'écosystème judiciaire : le greffier. Non, pas le chat, l'autre. On en recausera plus tard, promis.

Par nature, le juge d'instruction est porté à l'écoute et à l'utilisation d'une grande imagination. Aussi, il est facile de l'approcher sans l'effaroucher, si toutefois, on respecte quelques règles de prudence :

- Que l'on soit du côté victime ou présumé innocent (expression que j'adore), il est fortement déconseillé de brandir sa bonne foi comme seule preuve. Ce n'est pas la nourriture favorite du juge, on l'a trop souvent empoisonné avec de la bonne foi trafiquée au mensonge. La bonne foi doit donc être idéalement accompagnée de preuves ou à tout le moins, d'indices digestes.

- Il ne faut jamais prendre ce noble prédateur pour un abruti. Lui mentir délibérément, inventer une histoire tarabiscotée pour justifier un passage dans sa tanière. C'est le meilleur moyen de se prendre des coups de grifffe bien sentis.

Outre ces deux conseils de base, il est également bon de se rappeler que le juge d'instruction :

- instruit à charge et à décharge. Autrement dit, il n'est ni de votre côté, ni de celui de l'ennemi. Victimes, ne croyez pas que c'est là de la cruauté, mais celui qui est en face de vous et vous jauge de ses petits yeux froids doit, est obligé de se poser la question de savoir si vous avez réellement subi ce que vous lui racontez. Votre ravissant minois n'est pas garant de votre préjudice.

- A votre dossier entre les mains. L'insulter n'est pas le meilleur moyen de le mettre dans de bonnes dispositions à votre égard. De plus, c'est lui qui va accueillir les demandes d'actes des 2 parties ou en imposer de son propre chef. Donc, inutile de se rebeller, quand il décide une expertise psy, une enquête de personnalité. C'est  pour mieux comprendre l'affaire. Et comme c'est lui qui décide de la suite, entre nous, le mieux est de le respecter un chouilla.

- Est débordé. Il a un nombre conséquent d'affaires à traiter. Comprenez donc qu'il accorde une grande importance à chacun et sque de ce fait, les choses prennent du temps. C'est loin d'être facile à admettre mais c'est ainsi. Là encore, le harceler n'est pas une bonne méthode. Je vous assure, le retour de baton est assez rude.

Voilà en un mot comme en cent, ce qu'on peut dire du juge d'instruction. Des questions ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Pas de question, tout est limpide. Beaucoup de gens ont su mal à comprendre le principe même et la nécessité de l'instruction à décharge, et c'est pourtant précisément ce qui introduit la notion de justice...
Répondre
B
<br /> Parce que les gens ne concoivent pas que la vérité n'est pas inscrite sur le front !<br /> <br /> <br />